Les Moments Littéraires n° 38

Jean-Noël Pancrazi, un rescapé en cavale

 

C’est avec Madame Arnoul, paru dans la collection « Haute enfance » de Gallimard (Prix du livre Inter et Prix Albert Camus), que Jean-Noël Pancrazi a commencé, en 1995, sa trilogie de la mémoire familiale ; suivront un livre consacré à sa mère (Renée Camps) et un à son père (Long séjour).

Après cette trilogie familiale, loin de se cantonner dans un registre qui lui assure le succès auprès des lecteurs et du milieu littéraire, Jean-Noël Pancrazi n’hésite pas à se remettre en cause et à prendre des risques en écrivant Les Dollars des sables, un livre sulfureux sur le sexe, l'amour et l'argent et, après La Montagne, le portrait de sans-papiers (Indésirable).

Est-ce son enfance passée dans un village proche de Sétif, sur les hauts plateaux au climat âpre, dans un environnement difficile dû à une situation familiale tendue et à la violence des événements d’Algérie qui le fait, sans cesse, rechercher un ailleurs ? Jean-Noël Pancrazi vit comme un oiseau sur la branche.

Est-ce le fait d’être un rescapé des attentats d’Algérie (La Montagne) ou des années sida (Les Quartiers d’hiver) qui induit son empathie envers les démunis, les exclus, ceux qui n’ont pas trouvé de place dans ce monde ? Jean-Noël Pancrazi est un militant à sa façon : il ne se contente pas de faire le portrait d’un sans-papiers, il l’accompagne dans les démarches pour tenter d'obtenir sa carte de séjour. Ainsi essaye-t-il de mettre en accord ce qu’il écrit, vit et fait.

Quant à son écriture, elle est reconnaissable par le rythme des phrases, longues, amples et ciselées par de nombreuses incises, par le recours aux métaphores, aux analogies. La recherche du mot juste est une permanence chez l’auteur de Quartiers d'hiver, Prix Médicis.

Le dossier Jean-Noël Pancrazi

  • Le lapin du Cheshire de Teresa Cremisi
  • Entretien avec Jean-Noël Pancrazi
  • A travers le pays de Jean-Noël Pancrazi
  • Jean-Noël Pancrazi, un écrivain hors du temps, pas hors de l’espace…de Jean-Jacques Colonna d’Istria

 

Egalement au sommaire du n°38 

Claude Pugade-Renaud & Daniel Zimmermann : Journal à quatre mains

Claude Pujade-Renaud et Daniel Zimmermann  ont toujours pratiqué l’écriture à quatre mains (voir à ce sujet le dossier qui leurs était consacré dans le n°16 de la revue). Un de leurs exercices fut l’écriture d’un journal de bord de leur vie de couple. Nous vous présentons quelques extraits de « journal à quatre mains », tenu durant un quart de siècle.

Jocelyne François  : Journal

Après Journal 1961-1989, Journal 1990-2000, Une vie d'écrivain et Le Solstice d'hiver : journal 2001-2007 trois volumes parus au Mercure de France, Jocelyne François, prix Femina pour Joue-nous « España », offre aux lecteurs des Moments Littéraires la suite inédite de son journal.

Vincent d’Indy : lettre

La chronique littéraire d’Anne Coudreuse

 

Actualités

Ce nouveau « Journal » de Charles Juliet couvre les années 2004 à 2008. Il est dans la veine des précédents, plein de sagesse, d’expériences, d’ouverture au monde et aux autres. Des rencontres, beaucoup de rencontres qui sont autant d’occasions de récits de vie brefs, souvent bouleversants car la personnalité de Charles Juliet est telle que l’on se confie volontiers à lui qui est toujours à l’écoute, aux aguets de l’humain.


Les lettres d’Amérique de Nathalie Sarraute offrent un aperçu inédit sur la personnalité de l’un des écrivains majeurs du XXe siècle. Elles témoignent d’une personnalité facétieuse, aussi prompte à l’émerveillement qu’au sarcasme. Ces vingt-quatre lettres, comme autant d’entrées d’un journal de voyage, dressent le portrait inattendu d’une jeune fille bondissante de soixante-trois ans, emportée dans une traversée continentale des États-Unis au début de l’année 1964. Écrites dans un style impressionniste, heurté, presque télégraphique, ces lettres à son mari absent montrent, outre la communion de ce couple, l’Amérique en pleine révolution culturelle et l’accueil triomphal reçu là-bas par la nouvelle littérature française.